¤.¤.¤Utopia Circus ¤.¤.¤ Index du Forum ¤.¤.¤Utopia Circus ¤.¤.¤

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Salomé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ¤.¤.¤Utopia Circus ¤.¤.¤ Index du Forum -> Utopia Circus -> Utopia Circus -> Présentations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Salomé
Dead perso
Dead perso

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2008
Messages: 4

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 15:59 (2008)    Sujet du message: Salomé Répondre en citant

Nom : Ellasnar

Prénom : Hérodiade (mais on l'appelle plutôt par son pseudonyme, Salomé)

Âge : 20 ans

Passé :
 Salomé porte presque le même nom que sa mère, Hérodias, et c'est pourquoi elle préfère qu'on l'appelle par son surnom. Hérodias était une femme du harem d'un grand souverain, le Tétrarque Hérode, également l'une de ses cousines lointaines. Hérode était le roi d'une contrée connue pour son climat particulièrement chaud, un pays désertique. Mais il sut utiliser le désert en le prenant à son avantage. Ce fut dans le désert qu'il rencontra d'ailleurs Hérodias. Séduit par sa beauté, et faisant fi des liens parentaux qui les unissaient, il la prit en tant que neuvième épouse. Mais Hérodias aimait beaucoup le tétrarque et son immense pouvoir, et toléra mal d'être rejetée au rang de simple courtisane.
    Elle connaissait une science que sa mère, originaire d'un autre pays, lui avait enseignée : la science des parfums et des poisons. Elle en usa en plus de son charme pour manipuler le roi à sa guise. L'effet fut immédiat, Hérodias était une reine intelligente, maligne et savait préserver sa sécurité quand des regards soupçonneux se tournaient dans sa direction. Elle garda ainsi main mise sur le royaume pendant trois ans, jusqu'à ce qu'elle tombe enceinte.
    Sa grossesse l'empêcha de maintenir son emprise sur le roi. Les conseillers réussirent à l'expulser des salles de conseil et à la reléguer au rang d'où elle venait. Petit à petit, le tétrarque reprenait ses esprits, il résistait à ses poisons et ne se laissait plus manipuler aussi bien qu'avant. Folle de rage, Hérodias monta un odieux stratagème pour s'emparer du trône.
    Elle demanda au roi de retourner dans une ville avoisinante de la capitale jusqu'à son accouchement. Là-bas, elle mit au monde sa fille Hérodiade, premier enfant du Tétrarque. Elle informa le roi qu'il avait une fille, mais ne lui dévoila pas son visage.
    Salomé reçut donc un enseignement complet hors de la capitale et de la société royale, alors qu'elle était le premier enfant du roi. Personne n'avait jamis compris pourquoi Hérode avait mis tant de temps à avoir un héritier : Cinq ans depuis qu'il avait épousé sa première femme. Elle était donc l'espoir de la patrie toute entière, mais pour sa sécurité,sa mère dissimula l'identité de sa progéniture sous le nom de Salomé. Personne à la capitale ne savait exactement où se trouvait la fille d'Hérodias, aussi celle-ci grandit-elle totalement coupée de la cour. Sa mère venait souvent lui rendre visite, déjouant les pièges des plus malins qui tentaient de la suivre. Elle lui enseignait particulièrement la danse et l'art de créer des potions, parfums ou poisons. Mais quand Hérodias n'était pas là, Salomé était libre de ses mouvements, même si elle restait sous la tutelle de sa nourrice.
    Quand elle eut seize ans, elle fit ses escapades hors de sa demeure beaucoup plus régulières, et sa nourrice ne réussit jamais à la rattraper quand elle s'enfuyait. Souple, mince et agile, Hérodiade passait par toutes les fenêtres et toutes les portes. Lors d'une de ses fuites quotidiennes, Salomé rencontra un beau jeune homme. C'était un apothicaire, du nom de Jean-Baptiste. Les deux jeunes gens tombèrent amoureux l'un de l'autre et se revirent souvent. Pourtant, quelque chose dérangeait Salomé. Elle n'aurait su dire quoi, mais quelque chose n'allait pas dans la maison où elle vivait. Fous amoureux, Jean-Baptiste et elle ne se séparaient que quand Hérodias venait à Kerdab, la ville où elle avait accouché. Elle restait toute la journée avec sa fille, et lui inculquait l'art de séduire. Elle lui transmettait également sa haine du Tétarque et de la Cour royale. Son plan diabolique ne pouvait résussir sans l'aide de sa fille, aussi la préparait-elle à séduire Hérode, car c'était bien de celà qu'il s'agissait. Il devait tomber amoureux d'Hérodiade, coucher avec elle de préférence, mais au pire en faire l'une de ses épouses. Puis Hérodias lui révèlerait qui était vraiment la jolie Salomé, et elle redeviendrait maître de lui en le faisant chanter. Bien évidemment, de son côté, Hérodiade ignorait tout de l'identité de son père.
    Le soir, après ses leçons de danse, Hérodias avait pour coutume de quitter la villa et de ne rentrer qu'à l'aube. Salomé s'intéressait peu à ses activités, elle adulait sa mère. Cependant, un soir, elle décida de la suivre. Etait-ce la curiosité ? Toujours était-il que Salomé sentait que les intentions de sa mère à son égard n'étaient pas respectables et elle éspérait que la suivre éclairerait ce mystère. Pauvre, malheureuse Hérodiade quand elle perdit la trace de sa mère et qu'elle erra dans les rues à sa recherche avant de la trouver dans les bras de son beau Jean-Baptiste.
    La haine monta en elle aussi rapidement qu'une bouffée de colère. Elle rentra chez elle et fit mine de rien devant Hérodias. Quand celle-ci repartit le lendemain, sa fille retourna en ville. Elle y retrouva Jean-Baptiste et feignit la maîtresse en colère en lui demandant d'arrêter de voir cette femme inconnue tout de suite. Le jeune homme parut désappointé, mais il se jeta à ses genoux et lui confia qu'il s'agissait d'Hérodias, neuvième épouse du roi Hérode, et qu'elle le payait cher pour passer ses nuits avec elle. Se prosternant, il implora son pardon. Salomé lui mit un ultimatum : il devait arrêter de voir Hérodias, ou ce serait elle qui arrêterait de le voir. Consterné, mais prêt à tout pour se faire pardonner, il accepta.
    L'année suivante, Salomé avait dix-sept ans. Elle avait réussi à soutirer des renseignements à sa nourrice et avait compris de par ces renseignements qu'elle était la fille d'Hérode. Il ne lui fallut pas longtemps avant de deviner le plan de sa mère. Seulement, ce soir-là, elle la surprit à se faufiler hors de la villa. Une fois de plus, sa fille la suivit à son insu, une fois de plus elle assista au spectacle désolant de sa mère dans les bras de l'homme qu'elle aimait. Il lui parlait même de la jeune femme qui était folle amoureuse de lui, bien naïve pour croire qu'il arrêterait de voir une femme aussi belle qu'Hérodias pour une petite paysanne comme elle. En entendant le rire moqueur de sa mère, Salomé sut qu'elle ne pourrait jamais leur pardonner ni à l'un, ni à l'autre. Elle prépara sa vengeance seule, ruminant au fond d'elle les plus sombres pensées.
    Lorsque sa fille eut dix-huit ans, Hérodias l'estima prête à affronter le Tétrarque. Elle expliqua à sa fille qu'elle devait séduire un home très puissant et que quand ce serait fait, elle serait la femme la plus heureuse du monde. Hérodiade avait réussi à se faire passer pour une jeune femme docile, et pour sa mère, l'affaire était déjà résolue.
    Elle arriva la première au banquet organisé ce soir-là par le Tétrarque en l'honneur d'une victoire dans un pays limitrophe. Elle s'installa avec les onze autres épouses du roi, un sourire malicieux aux lèvres et attendit sa fille.
    La nourrice fit irruption au milieu du repas,accompagnée d'une charmante petite créature dont le voile ne laissait voir que les pieds, et se faisant passer opour sa mère, elle demanda au Tétrarque de l'accepter en tant que treizième épouse. Il rit de son gros rire bourru par l'alcool, et demanda à la nouvelle arrivante de faire ses preuves. Et Salomé écarta les bras.
    Le grand voile noir qu'elle portait autour de son corps était en réalité sept voiles colorés qu'elle portait aux bras et dans le dos. Elle dansa. Ses pas étaient si parfaits, ses parfums si enivrants, ses mouvements si excitants que le Tétarque ne se lassa pas de la regarder. Quand elle eut fini de danser, elle s'inclina.
    Les applaudissements étaient nombreux. Ils saluaient la grâce de Salomé, sa vivacité et sa beauté. Hérodias applaudissait aussi sans se départir de son sourire malsain. Ce fut alors que Salomé prit la parole.
    - Mon roi, il y a dans cette salle une femme ignoble qui a voulu vous piéger.
    Le sourire s'effaça des lèvre d'Hérodias. Hérodiade continua.
    - Je suis venue vous informer de sa perfidie.
Le tétrarque était redevenu sérieux.
    - Qui es-tu ? demanda-t-il.
    - Je suis Hérodiade, monseigneur. Votre fille. Ma mère voulait faire de moi votre treizième épouse afin de vous plonger dans la disgrâce.
    Tous les regards se tournèrent vers Hérodias. Sur un signe du roi, les gardes se précipitérentsur elle et l'encerclèrent. Hérode n'avait pas détaché les yeux de Salomé.
    - En résompense pour se service, mon enfant, demande-moi ce que tu veux.
Hérodiade s'agenouilla.
    - Il y a dans la ville de Kerdab un apoticaire du nom de Jean-Baptiste. Je vous demande en unique récompense sa tête sur un plateau d'argent.
Le silence se fit dans la salle. La haine illuminait le regard de la princesse et tous surent qu'elle était aussi dangereuse que sa mère. Mais le roi avait été sauvé par cette jeune fille et il ne pouvait lui refuser ce qu'elle lui demandait.
    Le lendemain matin, les gardes apportèrent la tête de Jean-Baptiste devant la porte de Salomé avec l'ordre du roi de l'arrêter. Elle représentait une trop grande menace pour le royaume si elle pouvait commander la mort d'un homme sans rechigner et envoyer sa propre mère en prison. Il craignait les parfums de la famille d'Hérodias et se doutait bien que la mère avait enseigné cette science à sa fille. Les gardes frappèrent et poussèrent la porte.
Salomé n'était plus là.
    A la vérité elle avait senti les regards paniqués des membres de la couret elle avait entendu leurs murmures haineux. Elle avait donc quitté le palais, purement et simplement, en escaladant la glycine qui pendait sous sa fenêtre.
    Elle gagna de l'argent grâce à ses talents de danseuse et put acheter une roulotte et un cheval. Elle passa les frontières de son pays alors même que des avis de recherce à son nom étaient placardés dans tout le royaume.
    Elle vécut une vie de bohémienne solitaire jusqu'à son passge dans la capitale d'Amos. Là, elle avait rencontré Tsuki. Tsuki, c'était le nom qu'elle avait donné à cette enfant perdue et anonyme qui refusait de prononcer un mot. Elle l'avait prise sous son aile et fait d'elle une funambule grâcieuse et talentueuse.

Caractère :
Elle est très possessive, colérique et jalouse. Elle sait très bien jouer les hypocrites autant qu'elle sait très bien dire ce qu'elle pense. Elle cherche toujours à se venger des affronts qu'on lui fait, et éprouve un malin plaisir à faire souffrir ses ennemis. La seule personne à qui elle se soit attachée en deux ans et demi d'errance est Tsuki. Elle est très partisane des plaisirs de la chair et aime séduire. Elle a un moral à toute épreuve et reste impassible en tout circonstance sans jamais céder à la panique.

Signes particuliers :
Elle a un tatouage en forme de serpent autour de la cheville. Elle porte un pendentif avec une rose des sables gravée dans du nacre, c'est le seul cadeau qu'elle a gardé de Jean Baptiste.

Dons particuliers :
Elle sait maîtriser parfums,poisons et potions, elle peut donc prétendre au titre d'apothicaire également. Et elle a une roulotte.

Physique :
Jeune fille mince et élancée à la peau basanée et aux yeux clairs. Même si elle est frêle de silhouette, elle est musclé, et ça peut se voir quand on regarde son dos dénudé.

Autre chose ?
Sa jument s'appelle Carotte U_U
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Juin - 15:59 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kaomiru
Maître caravanier
Maître caravanier

Hors ligne

Inscrit le: 21 Sep 2007
Messages: 424
Localisation: Seul, à la tête du monde !! Mwahaha !
Masculin
Allergique à la banane ?: j'en ai l'air ?
Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Jeu 12 Juin - 12:34 (2008)    Sujet du message: Salomé Répondre en citant

Très bon perso, je veux *w* tu es valid...

attendez une minute ! Objection !!! *o* elle aime pas les... ah nan c'est le non de sa bestiole à grosse tête.. ^^' j'ai rien dit ♥
tu es validée, bienvenu parmis nous ♥  poulpe
_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Salomé
Dead perso
Dead perso

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juin 2008
Messages: 4

MessagePosté le: Jeu 12 Juin - 13:10 (2008)    Sujet du message: Salomé Répondre en citant

Merci mon ptit Kao ^.^

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:23 (2018)    Sujet du message: Salomé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ¤.¤.¤Utopia Circus ¤.¤.¤ Index du Forum -> Utopia Circus -> Utopia Circus -> Présentations Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.